Sunday, February 24, 2008

Tom's List - How did London sound like in 2007 ?

Décidément ce début d'année est plutôt collaboratif...
Aujourd'hui, mon ami Tom a l'extrême gentillesse de partager sa liste 2007. Qu'écoutait on donc à quelques encablures d'un des hauts lieux de la finance mondiale, presque sur le méridien de Greenwich, face au "Millenium Dome" ?


Une sélection éclectique avec vue sur la Tamise ... by Tom :


1. Patrick Watson – Close to Paradise

Officiellement une release de fin 2006 (au Canada), mais sorti chez nous seulement l’année suivante…alors il a sa place dans ce meilleur de l’année 2007, non ? Sorte de Satie des temps modernes, Patrick Watson maîtrise superbement l’orchestration et les arrangements, mis en valeurs par la subtilité de son guitariste Simon Angell. Cet album est planant, transcendant, inclassable… Patrick Watson est aussi un génial showman, par exemple quand il descend de la scène de la salle de l’ICA London pour entonner a capela, debout sur un tabouret au milieu de la foule, le très beau Man Under the Sea… Difficile pour moi de sélectionner de manière arbitraire un titre sur cet album, il est bien plus enrichissant de l’écouter d’une seule traite…Neanmoins, The Great Escape est un morceau sublime dont le titre résume parfaitement la teneur de cet album, une grande évasion vers un doux rêve musical.

Extrait : The Great Escape (link removed)


2. Peter Von Poehl – Going Where The Tea Trees Are

Mon attirance toute particulière pour ce qui nous vient de Scandinavie – ses architectes/designers épurés, ses vodkas et autres tord-boyaux réconfortants, ses femmes délicieuses – m’a incité à inclure le très bel album du Suédois Peter Von Poehl sur la deuxième place du podium 2007. Signé sur l’excellent label français Tôt ou Tard, Peter Von Poehl par sa simplicité et sa pureté dans une des plus belles ballades poétiques de l’année.

Extrait : A Broken Skeleton Key (link removed)


3. Elvis Perkins – Ash Wednesday

Mal de vivre, solitude, dépression, cet album traduit l’univers sombre et cendré de Elvis Perkins, marqué par des évènements familiaux tragiques. Ce premier album est touchant par son authenticité et il a une place très spéciale dans ma discothèque 2007.

Extrait: All the Night Without Love (link removed) (or check out this alternate version (link removed) )


4. Spoon – Ga Ga Ga Ga Ga

Les Texans de Spoon réussissent là un album créatif et très soigné. On se laisse facilement entraîner par ces rythmes et refrains énergétiques et par la voix légèrement rocailleuse de Britt Daniel. Cet album me semble encore plus intéressant que l’excellent Girls Can Tell par la richesse des influences musicales qui transparaissent sur certains morceaux.

Extrait : You Got Yr. Cherry Bomb (link removed)


5. Benny Sings – …At Home

Ce multi-instrumentiste néerlandais m’a totalement charmé avec cet album. Ambiance très particulière, ‘à la maison’ comme le dit le titre de l’album, très chaleureux et apaisant… Grande sensibilité musicale, très beaux arrangements un brin jazzy.

Extrait: Over My Head (link removed)


6. Feist – The Reminder

Comment ne pas être charmé(e) par la voix mélancolique de Leslie Feist ? Cet album, s’il peut paraître moins abouti que Let It Die, réchauffe le cœur et apaise l’âme.

Extrait: So Sorry (link removed)


7. Jack Penate – Matinée

Un jeune songwriter prometteur dont le premier album aux sonorités et rythmes euphoriques le place un peu en marge de la scène anglaise. C’est un grand bol d’air frais (on en a bien besoin, non ?)

Extrait: Have I Been A Fool ? (link removed)


8. Shantel – Disko Partizani

Je m’autorise dans ce classement 2007 à faire figurer un artiste pop/electro, dont la grande admiration pour la musique Arabe et d’Europe de l’Est, est intéressante. Cet album respire les Balkans, l’Afrique du Nord, la Jamaïque. Sonorités pop-club-yiddish-rai-ska- reggae, un melting pot surprenant.

Extrait : Disko Boy (link removed)


9. Bright Eyes – Cassadaga

Cet album très attendu de Saddle Creek Records est vraiment abouti et traduit peut-être la maturité naissante de Conor Oberst ? Ni particulièrement triste ou joyeux, cet album a la fraicheur folk m’a ravi. Il semble que la profonde dépression en chanson dont Bright Eyes avait fait sa spécialité (notamment sur le précédent album I'm Wide Awake, It's Morning) a disparu...pour notre plus grand plaisir peut-être.

Extrait: Middleman (link removed)


10. The Cribs – Men's Needs, Women's Needs, Whatever

Clin d’oeil et remerciement tout particulier à mon pote Distance qui m’a offert cet album dont l’écoute d’un morceau remplit largement les QEQR (quantités d’énergie quotidienne recommandées). Je crois que Distance avait d’ailleurs fait un bon post sur cet album, je vous y renvoie donc.

Extrait: My Life Flashed Before My Eyes (link removed)


Rest of the Best :

11. Devandra Banhart – Smokey Rolls Down Thunder Canyon

Piste recommandée : Freely

12. The National – Boxer

Piste recommandée : Fake Empire

13. Cowboy Junkies – At the End of Paths Taken

Piste recommandée : My Little Basquiat

14. St. Vincent – Marry Me

Piste recommandée : Paris is Burning

15. LCD Soundsystem – Sound of Silver

Piste recommandée : New York I Love You

16. Ultra Orange & Emmanuelle – Ultra Orange & Emmanuelle

Piste recommandée : Rosemary’s Lullaby

17. Radiohead – In Rainbows

Piste recommandée : Reckoner

18. Eddie Vedder – Into The Wild (Bande originale du film)

Piste recommandée: Guaranteed

19. Rufus Wainwright - Release the Stars

Piste recommandée : Sanssouci

20. Justice – Cross

Piste recommandée: D.A.N.C.E



Merci pour les découvertes Tom,
Cheers mate !

1 comment:

Sté said...

très sympa cette sélection !